Le Qatar soutient il le terrorisme ?

Le Qatar soutient il le terrorisme ?

Début juin 2017, une importante crise diplomatique frappe le Moyen-Orient. Accusé de « soutenir le terrorisme », le Qatar a été abandonné par ses principaux alliés : Ryad, Abou Dhabi, Le Caire et Manama. Une décision qui intervient seulement 15 jours après l’appel lancé par le président américain Donald Trump, à l’unité des pays musulmans contre le terrorisme.

Réactions à chaud au Qatar

Sans attendre, le Qatar manifeste sa colère face à la décision prise par ses voisins du Golfe. Pour le pays, ces derniers cherchent juste un moyen pour freiner le développement économique du pays qui est à son apogée.  Au Qatar, les conséquences directes de cette rupture se font directement ressentir sur la Bourse de Doha qui connait depuis une chute de 8% pour finir avec une baisse de 7,58%. Du côté des habitants de la capitale qatarie, une grande partie de la population décide de faire des stocks de produits alimentaires pour prévenir une probable période de crise. A Washington, un nouvel appel à l’unité des pays arabes a été lancé.

Des accusations sans fondement

Le ministère des Affaires étrangères à Doha qualifie le retrait des alliés du Qatar d’injuste et « sans fondement ». Pour le Qatar, cette décision prise « en coordination avec l’Egypte » a pour but de placer l’Etat sous tutelle pour atteindre sa souveraineté. Ce qui est « totalement inacceptable » pour le pays actuellement dirigé par le jeune émir cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani. Ce dernier d’affirmer que l’Etat du Qatar « n’interfère pas dans les affaires d’autrui » et « lutte contre le terrorisme et l’extrémisme ».

Des décisions sans précédent

La rupture des relations diplomatiques avec le Qatar mise à part, les trois pays du Golfe ont également pris certaines mesures ultimes. Ils ont ainsi fermé tout accès terrestres, aériens et maritimes depuis et vers le Qatar pour tous les ressortissants du pays. Toutes les grandes compagnies aériennes desservant le pays ont déjà suspendu tous les vols y afférant. A savoir les compagnies Emirates (Dubaï) et Etihad (Abou Dhabi). De son côté, l’Egypte rejoint également le mouvement en fermant ses frontières maritimes et aériennes.

Le Qatar et les activités terroristes

Le Moyen-Orient fait actuellement face à la plus dramatique crise diplomatique jamais apparue depuis la création du Conseil de coopération du Golfe (CCG) en 1981. Le Qatar fait partie de celui-ci avec l’Arabie Saoudite, le Koweït, Bahreïn et Oman. Le pays s’est toujours distingué du reste pour sa volonté à opter pour une politique régionale basée sur l’ouverture au monde. Le Qatar qui s’apprête à recevoir le Mondial 2022 de football, se retrouve pourtant aujourd’hui au cœur d’un soupçon de « soutien au terrorisme », notamment le groupe EI (Etat islamique), les Frères musulmans et Al-Qaïda. La capitale qatarie, Doha, est aussi accuser par l’Arabie Saoudite de soutenir « les activités de groupes terroristes soutenus par l’Iran dans la province de Qatif (est) ». L’Arabie a même décidé d’écarter le Qatar de la coalition militaire arabe qui affronte des rebelles pro-iraniens au Yémen.

qatar-terrorisme