Mon avis sur le film : Las Vegas parano

Mon avis sur le film : Las Vegas parano

Cette comédie dramatique écrit par Thompson et adapté à l’écran par Terry Gillian est sortie en salles en 19 août 1998. Le film interprété par Johnny Depp, Benicio del Toro, Tobby Maguire met en scène une aventure psychédélique et chaotique de deux acolytes dans une course folle vers Las Vegas. Las Vegas parano représente de son mieux le mouvement hippies des années 60-70, le fric facile, la génération désillusionnée (parano) sous des faux-airs d’apparence légère des héros chargés de stupéfiants, d’alcool et d’excès de toutes sortes.

Présentation du film

Las Vegas Parano, est le film hallucinatoire, surréaliste et déjanté de la virée à Las Vegas de Raoul Duke (Johnny Depp) et son avocat le docteur Gonzo (Benicio Del Torro). Ils bourrent le coffre de leur décapotable vermillon des cocaïnes et d’herbes ainsi que de toutes les substances qu’ils peuvent ingurgiter (mescaline, acides en buvards, éther pur, sédatifs, larmoyants, tequila etc). Eux-mêmes, dopés jusqu’à la délire, sont d’abord venus pour couvrir une course de bikers en plein désert. Abandonnant l’idée de la course, ils ont décidé de louer une voiture pour assister à une convention nationale de procureurs. Ces derniers sont venus pour discuter les dangers qu’encourent les consommateurs de drogues. Le film ne manque pas d’épicé, des dialogues obscènes, d’enchaînement de délires psychotropes.

avis-las-vegas-parano

Critique de Las Vegas parano

Lors de sa sortie à Cannes, le film a raté son coup : « récit d’abus de deux drogués sans intérêt, défonce sans queue ni tête, à quoi rime tout ce tapage ? » Voilà quelques-unes des critiques des gens à l’époque. En effet, ce domaine loufoque est peu interprété par les réalisateurs, notamment pour le thème d’un film en entier. Mais là, Terry Gillian se surpasse. Par ailleurs, le livre en anglais intitulé «Fear and Loathing in Las Vegas » est bien traduit par Las Vegas parano. Car ici, nous retrouvons bien la paranoïa de nos héros, dus à leur ingestion de narcotiques et de drogues mais aussi à l’environnement où se déroule le film. En effet, le décor du film : Las Vegas est un temple de luxe, de dépenses et de jeux. Mais il y a également des visions en rapport avec la guerre du Vietnam, nourrie par les médias de l’époque, dans le film. Cette œuvre qui semble être aberrant montre l’état d’esprit de Raoul Duke et de docteur Gonzo. Ce sont deux marginaux qui donnent libre cours à leurs instincts pour se comporter d’une manière irresponsable et se ficher des conventions car de toute façon il y a la guerre. Derrière ces deux cinglés qui roulent à pleine vitesse vers « la cité de bonheur », il y a une pirouette moralisatrice, une attaque du mauvais côté du rêve américain. Ce rêve n’est qu’une vieille supercherie comme le Circus Circus, ou l’infernal bar-manège décrit par Raoul dans le film. En bref, Las Vegas parano est en fait d’une représentation d’une quête à la fois comique et horrible de l’American dream. Un film à voir si vous voulez vous divertir et si vous supportez les vulgarités !